Accueil > Les symboles commençant par M > La symbolique de main

La symbolique de Main


La main est le symbole de la puissance divine et humaine. Elle est également l'un des principaux moyens d'expression.


Dans la mythologie antique

Bien que les Romains et les Grecs relient chaque doigt de la main à une force divine, la main elle-même, généralement, ne représente rien. Elle ne sert le plus souvent qu'à porter un instrument (un bouclier, un caducée, un trident, etc...) qui lui, en revanche, possède une réelle force.
Seule les mains de quelques divinités, comme Asclépios (dieu de la médecine) sont investies d'un certain pouvoir miraculeux.


Le symbole de la puissance

La main a permis à l'homme de contrôler et d’élaborer des objets complexes, mais aussi de réaliser des représentations figuratives et donc de développer les arts plastiques. Aussi la main comme symbole de la puissance de l'homme se retrouve dans de nombreuses expressions telles que "avoir des mains en or", "de main de maître", "une main de fer", ou encore "avoir la main verte".


Le langage des mains

La main est souvent utilisée comme moyen de communication. Aussi, sa signification diffère selon qu'elle se trouve ouverte, fermée, tournée vers l'extérieur, etc...
Par exemple, dans des relations cordiales, la main est ouverte. Ainsi, on tend la main, on donne la main, on serre la main à quelqu'un, on travaille main dans la main, etc... En revanche, dans les relations hostiles, la main est fermée et souvent, le bras est levé. C'est d'ailleurs un signe d'agressivité et de militantisme. Lorsque les mains sont croisées au niveau du poignet c'est en signe de résignation ou de défaite. Et si la main droite est posée sur la poitrine, elle exprime le repentir ou le deuil. Enfin, lorsque les mains sont tournées vers l'extérieur, en pronation, elles expriment la douleur.


La main de Dieu

Dans les religions monothéistes, les signes divins sont le produit de la main de Dieu. Plus précisément, la main droite est la main des bénédictions, tandis que la main gauche est la main des malédictions. Ainsi, la main punit, sauve, distribue les fruits de la justice ou fait connaître sa volonté par des signes.
Par exemple, c'est avec sa main que Dieu laisse partir les Hébreux et les établis ailleurs. C'est également avec sa main qu'il noie Pharaon et son armée dans les eaux de la mer rouge.


La main de justice

La symbolique de la main de justice.La main de justice est une main d'ivoire, généralement à trois doigts ouverts. Ce symbole a été introduit sous le règne de saint Louis (1226-1270). Il fut ainsi l'insigne de la monarchie. Il représentait la Trinité et était placé à l’extrémité du bâton royal de France.
De fait, la main de justice fait partie des symboles du pouvoir royal (ou regalia) remis au roi lors de son sacre. Elle représente le roi comme émissaire de Dieu sur terre et signifie par là même que le roi peut rendre la justice et qu'il est d'ailleurs la seule source légitime dans son royaume terrestre. Ainsi, la main du roi peut bénir, frapper ou caresser.

Au XIVe siècle, la main de justice figure même sur les seaux et les pièces de monnaies.


L'imposition des mains

L'imposition des mains avait pour fonction de transmettre un fluide magnétique ou une force positive chez les égyptiens. Ainsi, les mains de la statue d'une divinité étaient placées sur la nuque du roi afin de lui transmettre la force divine.

L'imposition des mains est devenue très importante dans la Bible, et notamment dans le Nouveau Testament. En effet, désormais, ce geste sert à bénir : "Et les bras ayant embrassés, il les bénit en leur imposant les mains" (Marc, X, 15-16). Il sert également à guérir : "Imposant les mains sur chacun d'eux, il les guérissait. Les démons sortaient du corps de plusieurs en criant et disant : Vous êtes le fils de Dieu" (Luc, IV, 40-41). Aussi, les rois thaumaturges français guérissaient les inflammations et les abcès par ce même geste.

L'imposition des mains était également utilisée pour l'exorcisme dans certaines sectes protestantes.


La prière

Jusqu'au XIIe siècle, les chrétiens priaient selon la gestuelle païenne, c'est-à-dire les coudes pliés, l'avant-bras dressé près des flancs, les paumes tenues vers l'avant et les pouces écartés du reste de la main. Cette posture correspondait à celle de la supplication de l'orant.
Ensuite, la posture de la prière fut influencée par le code féodal, où le vassal devait poser ses mains jointes dans celles de son seigneur pour montrer sa soumission.


L'expression de la mélancolie

Dans l'Antiquité, la main qui soutient la tête symbolise la profondeur et le poids de la pensée ou de la mélancolie. D'ailleurs, de nombreuses statues antiques représentent des philosophes reposant leur tête légèrement inclinée sur leur main.
En outre, de nombreux artistes tels que Goya, Giorgione, Van Gogh... ont utilisé cette posture pour exprimer la douleur de l’existence et l'isolement.

Autres symboles :