Accueil > Les symboles commençant par E > La symbolique de enfer

La symbolique de Enfer


L'enfer est le symbole du châtiment et de la privation des âmes humaines après le mort. Il se retrouve dans toutes les religions et les civilisations du monde.
Cependant, il existe de grandes variations entre les civilisations sur la conception de l'enfer. En effet, l'enfer est représenté tantôt comme un lieu de séjour de tous les morts, tantôt comme un lieu de souffrance des êtres malveillants.


Les religions païennes

Dans la Mésopotamie, l'enfer était représenté par un Kigallou dans l'antre de la terre, avec à proximité une septuple enceinte. Ainsi, les morts plongés dans une épaisse obscurité, n'avaient pour nourriture que les offrandes que les vivants déposaient dans les tombeaux.
Dans l'Egypte antique, les châtiments d'outre-tombe ne faisaient pas partie des croyances. Néanmoins, les Égyptiens pensaient que les méchants étaient voués au néant, contrairement aux justes qui accédaient à la vie éternelle.
Dans l'Antiquité Gréco-Romaine l'enfer était représenté comme un royaume souterrain gardé par des démons ou par Cerbère (un chien à trois têtes). Aussi, les âmes étaient jugées après la mort et, le cas échéant, punies dans les régions infernales de l'Erèbe et du Tartare. Elles étaient alors entourées d'un triple mur pour les empêcher de s'évader.


La géhenne

Dans le judaïsme primitif, l'enfer apparaît comme une sorte de prolongement de la vie terrestre dans un lieu souterrain (le schéol). C'est seulement après l'exil de Babylone que les textes rabbiniques commencent à distinguer un séjour paradisiaque pour les justes et un lieu de souffrance (une géhenne) pour les méchants. Aussi, dans l'Ancien Testament, la géhenne avec Sodome et Gomorrhe devient l'image principale de l'enfer. D'ailleurs, dans le Deutéronome, l’Éternel déclare, à travers la parole de Moïse, que son feu brûlera jusqu'au fond du séjour des morts et que dans cet enfer, les damnés seront tourmentés en passant de la froideur de la neige aux chaleurs les plus excessives.

De même, dans l'islam, les musulmans impénitents et les infidèles subissent tous les supplices possibles de la fournaise de la géhenne. D'ailleurs, dans le coran, il est précisé : "Le châtiment de la géhenne est destiné à ceux qui n'auront pas cru à leur Seigneur."


L'enfer chrétien

Dans le catholicisme, l'enfer est l'état de ceux qui ont choisi de se séparer de Dieu. En effet, une souffrance spirituelle se dégage de cette séparation et perdure pour l'éternité. En outre, des souffrances sensibles accompagnent cette souffrance spirituelle, et leur intensité varie selon le degré de culpabilité de chacun. Cependant, cette vision de l'enfer est de plus en plus contestée aujourd'hui. En effet, selon l'idéologie chrétienne contemporaine, l'enfer symbolise uniquement les tortures psychiques émanant de la révolte de l'âme contre Dieu.
Il en est de même chez les protestants qui ont une conception purement symbolique de l'enfer. En effet, pour eux, l'enfer représente simplement l'état des âmes privées de contact avec le divin.


De nombreuses similitudes entre les civilisations

De nombreux éléments symboliques associés à l'enfer se retrouvent dans les religions païennes, juive, chrétienne ou musulmane. En effet, l'enfermement, le souterrain, la pestilence, mais surtout la noirceur et les températures extrêmes, sont évoquées à chaque fois.
En outre, on retrouve très souvent des représentations iconographiques et allégoriques du Jugement dernier et de l'enfer pour toutes ces religions, que ce soit avec la description des aventures des héros aux enfers dans l'Antiquité, avec la représentation des tourments réservés aux pécheurs dans l'iconographie chrétienne, notamment au Moyen Age, avec la conception plus païenne de l'enfer par Michel-ange dans la chapelle Sixtine, etc...

Autres symboles :